Actu mond – Les techniciens pèsent sur le Nasdaq et le S&P 500, qui ferment plus bas

NEW YORK, 22 février (Reuters) – Le S&P 500 et le Nasdaq ont clôturé en baisse lundi alors que la hausse des rendements obligataires sur les craintes d’une reprise de l’inflation a pesé une fois de plus sur les grandes actions de croissance.

L’indice Dow Jones a gagné 0,09% à 31 521,69. Le plus grand S&P-500, en revanche, a cédé 0,76% à 3876,84 et le Nasdaq Composite 2,45% à 13 534,50 points, affectés par la baisse des valeurs technologiques.

Les actions souffrent à nouveau de la hausse des rendements obligataires par crainte qu’une normalisation de la vie économique entraînera une hausse incontrôlée de l’inflation et un resserrement des politiques monétaires par les banques centrales.

Les États-Unis de 10 ans ont affiché un plus haut d’un an à 1,394% avant de revenir aux alentours de 1,37% .

Certains analystes notent cependant que cette baisse n’est pas une vraie surprise, après la forte hausse des actions de l’année dernière et depuis le début de 2021.

«Il s’agit d’une légère correction, principalement parce que les actions surchauffent un bit. Soudain, il y a des gens qui font une montagne de rien », a déclaré Brian Reynolds, stratège en chef du marché chez Reynolds Strategy.

Le président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, lors de ses audiences au Congrès cette semaine, est susceptible de réitérer son engagement à maintenir une politique très accommodante aussi longtemps que nécessaire.

Apple, Netflix, Amazon, Microsoft et même Tesla poursuivent leur tendance à la baisse amorcée la semaine dernière.

En revanche, le groupe de médias Discovery Inc a bondi après l’avoir dit devrait compter 12 millions d’abonnés payants dans le monde à son service de streaming d’ici la fin du mois de février, surfant ainsi sur l’attrait de ce type de loisirs depuis la mise en œuvre des mesures de confinement.

NEXANS: 2020, l’année du retour aux bénéfices pour Nexans

NAVYA: Navya bénéficie en bourse d’un projet de développement commun avec Bluebus

GROUPE GUILLIN: Pénurie de plastique = risque de pression sur les marges pour Guillin

EMOVA GROUP: Une partie de la réduction a été utilisée sur Emova

THERMADOR GROUP: La crise sanitaire n’aura pas eu raison de Thermador en 2020

ALTEN:
Alten espère un retour à la croissance au S2 après une année 2020 marquée par la crise

GROUPE ACTIA:
Actia a l’intention d’effacer le trou d’air commercial lié au Covid-19 cette année

Ref: https://investir.lesechos.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *