Actu mond – Archidiocèse de Cologne: un ancien pasteur soupçonné d’abus se suicide

Un prêtre de l’archidiocèse de Cologne s’est suicidé le week-end dernier. Le pasteur aurait agressé un garçon dans les années 1990. L’archevêché avait libéré l’ancien pasteur, qui travaillait pour la dernière fois comme subsidiaire, de ses fonctions il y a seulement quatre jours, selon une communication.

Le théologien était donc soupçonné d’avoir abusé sexuellement d’un mineur. Il avait été banni du ministère sacerdotal et des contacts avec les enfants.

Pensez-vous à vous suicider? Parlez-en à d’autres personnes. Ici vous trouverez â ???? également anonyme â ???? Offres d’aide dans des situations prétendument désespérées. Par téléphone, chat, e-mail ou face à face.

La victime présumée se serait tournée vers l’archidiocèse de Cologne fin décembre, qui avait ouvert une enquête préliminaire canonique. L’intéressé a été entendu du côté de l’église en janvier. Le 3 février, l’ensemble de l’affaire a été transmis au parquet de Bonn, « avec une demande de révision juridique et l’engagement des mesures nécessaires ».

L’archidiocèse de Cologne est actuellement critiqué pour sa gestion d’un scandale d’abus, l’archevêque Cardinal Rainer Maria Woelki est sous pression. L’archevêché a assuré qu’ils « continueraient à enquêter » sur le cas même après la mort du pasteur et le « clarifieraient pleinement ». Par exemple, des appels seront publiés le week-end prochain à tous les anciens pasteurs, « pour encourager toute autre personne touchée à se présenter à l’archevêché ».

L’affaire pourrait également éclipser l’assemblée plénière de printemps de la Conférence épiscopale allemande, qui commence mardi. On s’attend à ce que les évêques discutent, entre autres, de la manière de traiter les abus sexuels dans l’Église catholique.

Woelki avait chargé son archidiocèse de fournir un avis d’expert sur la manière dont les responsables du diocèse traitent les allégations d’abus sexuels sur des enfants par des prêtres. Cependant, depuis que le rapport a été achevé il y a environ un an, il l’a gardé sous clé en référence à de prétendues «lacunes méthodologiques».

Avant le début de la conférence, le commissaire aux abus du gouvernement fédéral, Johannes-Wilhelm Rörig, a parlé d’un «lourd fardeau», en particulier pour les personnes touchées par les abus. En enquêtant sur des cas d’abus, Woelki a d’abord « suscité des attentes très, très élevées » puis les a déçus à plusieurs reprises, a déclaré Roerig au « Kölner Stadt-Anzeiger ».

Si vous cliquez sur le bouton, nous lirons le message sur l’autre appareil et vous pourrez continuer à utiliser SPIEGEL.

Ref: https://www.spiegel.de

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *