[REPORTAGE] : comment se protéger contre le passage de l’harmattan ?


Notice: Undefined offset: 20 in /home/cssefgvz/wordpress1.csse-tools.com/wp-content/plugins/csse-wp-cross-site-suggestion-posts/csse-wp-cross-site-suggestion-posts.php on line 189

Notice: Trying to get property 'post_link' of non-object in /home/cssefgvz/wordpress1.csse-tools.com/wp-content/plugins/csse-wp-cross-site-suggestion-posts/csse-wp-cross-site-suggestion-posts.php on line 189

Notice: Undefined offset: 20 in /home/cssefgvz/wordpress1.csse-tools.com/wp-content/plugins/csse-wp-cross-site-suggestion-posts/csse-wp-cross-site-suggestion-posts.php on line 189

Notice: Trying to get property 'post_title' of non-object in /home/cssefgvz/wordpress1.csse-tools.com/wp-content/plugins/csse-wp-cross-site-suggestion-posts/csse-wp-cross-site-suggestion-posts.php on line 189

SANTE – Au
Tchad, les mois de décembre, janvier et février sont reconnus pour faire place
au froid avec le passage de l’harmattan. Plusieurs maladies accompagnent ce
moment. Comment se protéger contre ces dernières ?

Une journée commence sous un soleil qui peine à se lever. Il est 6 heures au quartier Ndjari Kawas, ce matin-là, contrairement à la journée précédente, les rues sont vides de personnes. La météo indique 18°C. Le froid est à son comble surtout, pour une ville qui est habituée à 50°C sous l’ombre en mars.

L’on avance et même constat aux
quartiers Boutalbagara et Amtoukoui. Mieux au quartier Moursal. Ici, la
circulation commence à peine alors qu’il fait presque 7 heures du matin. Les
personnes qui circulent sont soit enturbannées soit avec des écharpes enroulés
autour de leurs cous soit vêtus des blousons, pulls etc. La fraicheur est de
retour, dit-on dans les rues de Djambal bahr.

Le retour du froid excessif ces
derniers jours a laissé les Tchadiens stupéfaits. La température a atteint le
plus bas niveau. Qu’est-ce qui est à l’origine de ce froid ? Reponse : une
vague de froid venant des pays tempérés. “ Il est lié également au
renforcement de l’anticyclone des rassorts par rapport à l’anticyclone de saint
Hélène qui sont les deux centres d’actions qui régulent l’intérêt du  système chez nous au Tchad “,
explique Adeubé
Tikri Lambert, Directeur d’exploitation et 
d’application météorologiques de l’ANAM.

Les risques
liés au froid

Il faut avouer que les
habitudes des populations ont changé. Et aussi les maladies qui y accompagnent.

L’on peut souligner entre autres la présence des maladies comme le “ rhume, la toux, la bronchite, l’asthme chez certaines personnes. Crise de drépanocytose, problèmes oculaires, conjonctivite, pneumonie, peau sèche, amygdalite, épistaxis, brulures et les accidents de la route ”, explique Dr Doumro Serge.  

Les mesures
de précautions

Les maladies qui sont liées au
passage de l’Harmattan peuvent être évitées. ” Quand la température baisse,
le corps ne se retrouve plus. Et comme le mécanisme ne fonctionne plus à un
temps normal, on tombe malade. Il faut porter des habits chauds donc pendant la
période de froid, on porte des pulls over, des vestes”,
conseille Ferdinand
Nadjiadjim, délégué à l’hôpital général de référence nationale.

Pour lui d’ajouter qu’il est
encore très important de protéger les extrémités. “ Le froid entre beaucoup
plus par l’extrémité. C’est à dire au niveau de la tête, de la main et des
pieds
.”

Il existe aussi d’autres moyens
d’augmenter la température du corps. “Il
y a d’autres sources de
température comme la chaleur du feu. Quand il fait très froid, il faut allumer
un feu de bois  et se réchauffer. Il y a
aussi ceux qui sont dans les voitures, c’est de mettre le réchauffage
.”

Selon Dr Doumro Serge, “ il
faut boire d’eau, se laver les yeux régulièrement pour éviter les yeux rouges,
se couvrir le nez et la bouche, faire régulièrement des exercices, utiliser les
crèmes pour éviter les yeux-rouges, se baigner à l’eau tiède.’’

Pour les personnes âgées et
celles déjà souffrantes, un suivi de leurs médecins  est conseillé. ” Les personnes qui
sont sensibles et qui souffrent déjà, je les conseille de se rapprocher de leurs
médecins pour avoir un bon conseil. Ils peuvent avoir leur état aggravés soit à
cause des maladies dont ils souffrent, soit à cause des médicaments qu’ils
prennent pendant cette période froid. Donc qu’ils s’approchent déjà de leur
médecin pour savoir si les médicaments qu’ils sont en train de prendre ne
doivent pas être diminués ou est-ce qu’il ne faut pas changer “,
complète
DrFerdinand Nadjiadjim.

Pendant ce temps, le froid
continue par faire sa loi à N’Djamena et le Tchad profond.



SOURCE : https://wordpress2.csse-tools.com/2020/01/11/reportage-comment-se-proteger-contre-le-passage-de-lharmattan-2/?remotepost=2075

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *